Traduction : tous les mots sur le pont pour Le Guide de Bruges 2017

Le nom « Bruges » évoque, pour beaucoup, les nombreux ponts (‘brug’, en Nl) que compte la Venise du Nord. Et, effectivement, l’étymologie de « Bruges » n’en est pas si éloignée. Les Editions Lannoo m’ont confié la traduction et la mise à jour Nl-FR de parties du Guide de Bruges 2017. Une mission qui tient de la dentelle. Petit voyage au pays de la précision…

Oui, les écrits restent encore…
Plantons le décor : c’est au 9e siècle que le mot celtique « Bryghia » – qui donna ‘Bruges’ – apparut sur des pièces de monnaie. Sa signification ? Littéralement ‘jetée, point de mouillage, débarcadère’…

Le Guide de Bruges 2017

Le Guide de Bruges 2017

Le rôle du copywriter-traducteur – dans une mission comme celle d’un guide touristique ‘papier’ – est de savoir retranscrire, avec les bons mots, vers son lecteur-cible, la réalité historique du texte-source. Avec la plus grande fidélité.
Le tout – mise en page oblige – dans les contraintes de longueur qui tiennent compte des autres langues.

Suivre les usages éditoriaux …et en conseiller de nouveaux
Pour une grande maison d’édition comme Lannoo, il est primordial que toute nouvelle édition d’un guide épouse, avec rigueur, les usages éditoriaux en vigueur.
S’ils ne sont pas répertoriés dans un lexique ou épinglés spécifiquement, le rôle du copy est de piocher dans les versions antérieures, afin que ses traductions respectent à la lettre les usages maison.
Cet exercice de légiste exige également de proposer, quand cela s’avère pertinent et justifié – certaines améliorations. Car qui dit guide annuel dit aussi évolution du langage, de la syntaxe, de l’orthographe… Bref du comportement et des attentes de l’utilisateur. 

Respecter les énoncés, mais en traduire certains
Ici aussi c’est une question de briefing et de ligne éditoriale concertée. D’autant plus dans le cadre d’un guide touristique, répertoriant des musées, musts, curiosités, bons plans…
L’usage veut, en général – et pour la facilité du visiteur – de conserver les noms d’endroits ou de sites à visiter dans leur langue originale. Mais de proposer, quand cela facilite la compréhension – la traduction officielle ou son équivalent.
Mieux vaut tourner ses doigts 7 fois autour des touches de son clavier avant de proposer la bonne traduction. Rigueur et empathie vers l’utilisateur, svp !

 Le bon truc pour vos traducs
Vous désirez, vous aussi, capitaliser sur des traductions performantes ? Un conseil : ne chipotez pas, consultez-moi ! Ce travail tient de la dentelle…

 Contactez-moi !

 

Publicités

A propos olivierrouge

Copywriter / Rédacteur Web / Community manager Stratège en communication et contenu éditorial 32 (0)479 35 58 58 / olirouge@gmail.com
Cet article, publié dans Case story, Traduction, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.